Entre le site internet de France 2 :

" les hospitalisations pour ivresse aiguë ont augmenté de 50% entre  2004 et 2007 chez les 15-24 ans. "

et le reportage diffusé dans le 13h du mardi 21 octobre où l'on a pu entendre la journaliste :

" Dans la pièce d'à côté, trois autres garçons plongés dans un coma éthylique. Tous sont mineurs. Les hospitalisations des 15-24 ans pour ce motif ont augmenté de 50% ces dix dernières années. "

il faudrait savoir !

D'autant plus qu'on peut trouver un autre intervalle de temps dans certains articles comme celui du Figaro :

"
«Une augmentation de 50 % des hospitalisations pour comas éthyliques a été constatée chez les moins de 15 ans entre 2002 et 2007», s'est récemment inquiétée Roselyne Bachelot "

Ceci dit, ce n'est pas forcément contradictoire s'il n'y a pas eu d'évolution entre 1998 et 2004.
Sauf que si l'on consulte un dossier de presse du ministère de la Santé... on peut y lire en page 8 :

" Ces données proviennent de la dernière enquête ESCAPAD (enquête sur la santé et les
consommations lors de l’appel de préparation à la défense, 2005)

Augmentation des ivresses graves nécessitant une hospitalisation:
Augmentation d’environ 50% des hospitalisations chez les moins de 15 ans pour
ivresse entre 2004 et 2007.
Augmentation d’environ 50% des hospitalisations chez les jeunes âgés de 15 à 24 ans
pour ivresse entre 2004 et 2007 "


Deux informations importantes :
- il s'agirait donc bien d'une augmentation entre 2004 et 2007.
Mais pourquoi le Figaro parle-t-il alors d'une augmentation entre 2002 et 2007 tout en citant la ministre ?
- cette augmentation entre 2004 et 2007 résulte d'une enquête qui date de 2005 !

Là encore, bien que très surprenant, ce n'est pas forcément une erreur. Sauf que les journalistes (mais aussi la ministre) qui relayent ce chiffre de 50% entre 2004 et 2007 oublient donc de nous informer qu'il ne s'agit pas d'un chiffre constaté mais d'un chiffre prévisionnel à partir d'une étude menée en 2005.

Mais ce n'est pas fini. Car en allant rechercher ce fameux chiffre de 50% dans cette enquête ESCAPAD 2005, je ne l'ai pas trouvé !

En fait, j'ai pu retrouver deux fichiers de données de cette fameuse enquête :
un fichier léger
un fichier un peu plus conséquent (à partir de la page 21 pour le chapitre sur l'alcool)

Et il faut savoir que cette enquête ESCAPAD est un questionnaire rempli par les personnes convoquées et présentes à une journée d'appel de préparation à la défense. Donc si on veut vraiment avoir un chiffre sur le nombre d'hospitalisations il vaudrait mieux se tourner vers une enquête faite auprès d'hôpitaux.
Mais alors pourquoi ce chiffre de 50% présent dans le dossier de presse du ministère est-il présenté comme sortant d'une enquête ESCAPAD ? L'aurais-je loupé ?

Et puis, une augmentation de 50%, pourquoi pas, mais par rapport à combien ?

Car passer :
de 2 à 3,
de 10 à 15,
de 100 à 150,
de 1 000 à 1 500,
de 1 000 000 à 1 500 000,

dans tous les cas, ça représente une augmentation de 50%.