Tout à l'heure sur Canal+, dans l'émission L'effet papillon, lors de la chronique planetarium on a pu entendre :

" C'est la narco-guerre à Ciudad Juarez au nord du Mexique, la ville la plus dangereuse de la semaine. La police tente de stopper l'hémorragie causée par les cartels de la drogue. Fusillades non-stop et plus de 400 victimes depuis le début de l'année. Tout le monde est touché, des enfants aux journalistes, qui considèrent la ville comme le coin le plus chaud après l'Irak. La preuve sous les balles. "

Image_0301_1220_CVBS_

 

" Les narcos ont menacé d'assassiner un flic par semaine pour obtenir la tête du boss de la police. Ils ont commencé par en tuer deux et le chef a fini par démissionner. Ciudad Juarez sera la ville la plus dangereuse de la semaine prochaine. "

Et évidemment au moment où il dit : " Ils ont commencé par en tuer deux ", on a droit à l'image :

Papillon_20090301_0

Le problème c'est que le journaliste de cette chronique a mélangé deux histoires :

- celle de la ville de Juarez (Ciudad Juarez) près de El Paso, où le chef de la police a démissionné après des menaces de narco-trafiquants qui avaient promis de tuer un flic toutes les 48 heures (et non pas par semaine)

- et cette scène du journaliste mexicain Miguel Turriza filmé du côté de Reynosa, également à la frontière entre les États-Unis et le Mexique mais beaucoup plus à l'est (environ 1 000 km au sud-est). Les deux corps que l'on voit n'ont donc rien à voir avec ceux évoqués.

Pour finir, toujours dans cette séquence planetarium, à propos d'un parlementaire turc :

" Au parlement turc, le boss du parti kurde fait le spectacle. Plus modéré que les indépendantistes, le parti pour la démocratie regroupe 20 députés d'origine kurde et un leader qui a ouvertement défié la loi de son maître en prononçant un discours en kurde. Une langue presque bannie de la Turquie. Retransmis à la télé le spectacle a dû être interrompu. "

Papillon_20090301_1

Papillon_20090301_2

Papillon_20090301_2b

Papillon_20090301_3

On voit bien à l'écran le logo de la chaîne TRT 3 (qui retransmet habituellement les sessions parlementaires).

Mais alors que le journaliste nous explique :

" Juste après l'annonce et à la place du kurde, un feu d'artifice, c'est plus joli et surtout ça fait moins de dégâts. "

Image_0301_1222_CVBS_

On voit bien qu'il s'agit d'images d'une autre chaîne, mais surtout il y a en haut de l'écran le logo qui n'est plus celui de la TRT 3 mais celui de la TRT 6. Donc, s'agissait-il vraiment de ce que retransmettait la chaîne TRT 3 suite à leur censure ou bien les journalistes de Canal+ ont-ils zappé sans s'en rendre compte ?

La question reste posée...

Mise à jour :

et après quelques recherches, la réponse est trouvée : la TRT 6 est justement une chaîne créée pour diffuser des programmes en langue kurde.

L'inscription "zindı" sous le logo semble d'ailleurs signifier "en direct" en kurde (tandis qu'en turc il s'agit du mot "canlı")

Il s'agit donc bien d'une erreur de la part de Canal+ car je ne vois pas pourquoi après avoir censuré un député s'exprimant en kurde, la chaîne aurait décidé de diffuser à la place un programme en kurde, programme qui semble en plus être tout simplement le lancement officiel de cette nouvelle chaîne le 1er janvier dernier !

Pour preuve, la vidéo des débuts de la chaîne TRT 6 le 1er janvier à 19h00 est visible en cliquant ici (la fameuse image du "feu d'artifice" est à 1min30s).